Navalny mis KO par le Régiment Immortel: cette manifestation dont on ne vous parle pas

Le 5 mai, Navalny, l’opposant « démocratique » voulu par l’Occident, bénéficiant d’environ 1% de soutien dans la population russe (c’est parce que la Russie est une dictature, ne l’oubliez pas, sinon …) mais unanimement porté par les médias occidentaux (dans toute la liberté de leur diversité) a rempli – momentanément – son contrat. Il a refusé de manifester là où un accord avait été trouvé avec la ville de Moscou, il a mis des enfants dans les rues dont certains ont été arrêtés puis relâchés, il a lui-même été arrêté et relâché, des photos de violences policières et des Cosaques ont été montées en épingle et sorties de leur contexte par les médias « indépendants ».
Bref, la communauté internationale a pu s’indigner avec soulagement (cette bonne veille Russie), avant de devoir avaler le Régiment Immortel, qui devient vraiment indigeste pour cet Occident décadent. Ce Régiment Immortel qui a littéralement balayé le réseau de sales gosses que Navalny arrive encore à enrôler. L’opposition se désolidarisant de plus en plus, reste les jeunes en mal de révolte et les excités.
Les manifestations de Navalny en Russie le 5 mai
Navalny avait annoncé de grandes manifestations dans tout le pays suite aux élections présidentielles et avant l’inauguration de V. Poutine et les festivités populaires du 9 mai. Il fallait bien montrer que le Président n’avait pas été élu légitimement, puisque le peuple est dans la rue. Ce qui a marché dans plusieurs pays de l’Est, l’Ukraine en est le paroxysme, mais aussi une variante adaptée et à suivre en Arménie récemment. La Russie, elle, a réussi à dépasser ce stade, elle résiste à ces tentatives emportées par la foule.
Le nombre de ses participants baisse régulièrement en même temps que leur âge. Selon la presse, Moscou – 1500 , Saint-Pétersbourg – 2 000, Nijni Novgorod – 900, Kazan – 300, Novossibirsk – 330, Belgorod – 40, Vovograd – 95, Krasnodar – 147, Koursk – 15. La palme revient à la ville de Magnitogorsk – 1, manifestement l’organisateur …
A Moscou, alors que la mairie a donné son accord pour la manifestation du 5 mai sur l’avenue Sakharov, un peu excentrée, en raison de la préparation de la parade et du Régiment Immortel, Navalny refuse et appelle les gens à manifester en plein centre, pour tenter de se diriger vers le Kremlin. Il marche dans les grandes rues commerçantes du centre.
Cela présente surtout le très grand intérêt de pouvoir remplir la scène avec des figurants, ici des passants, qui n’ont rien à voir avec la manifestation mais permettent de donner l’impression de masse. De plus, une manifestation autorisée ne présente aucun intérêt, pas d’arrestations, pas d’images – et donc moins de financements à venir.
La mise en scène 1: les enfants
Navalny est un professionnel de l’organisation de manifestations, dont les résultats concrets sont plus … relatifs, mais qui ont en commun de manipuler les plus jeunes et de les pousser à la violence (voir notre texte ici). Il avait déjà tenté, sans aucun succès, ce que nous avions appelé une Révolution Verte (voir notre texte ici). Le procédé est le même cette fois aussi. Plus ils sont jeunes, mieux c’est.
Khodorkovsky lui-même, sur son compte Twitter, met en avant « l’arrestation des enfants » par le vilain régime de Poutine. Et là, en effet, question enfants, on est servi …
Qu’en pensez-vous, il est sorti de la maternelle? Pourquoi le photographier, il est certainement avec ses parents. C’est de la pure manipulation émotionnelle.
Celui-ci s’exprime sur des questions politiques … il comprend le texte qu’il a appris? Il joue. Mais ça se termine mal… Où est la responsabilité des adultes?

 

 Peu importe, Navalny a obtenu le résultat recherché, les policiers l’emmènent délicatement:

 

Celui-ci aussi et il semble beaucoup moins heureux. Espérons que cette leçon lui permettra ensuite de réfléchir aux intentions réelles des beaux parleurs:

 

Ces enfants étaient plutôt passifs. Il y en avait d’autres, au comportement très agressif:

 

Ou encore ceci qui ressort de la vidéo sur le site de Life montrant les provocations de la part des manifestants de Navalny. Cet enfant ci-dessous se jette dans les pieds des policiers, accroche les jambes, frappe, se débat. Ca fait de « belles images ».

 

 

Si chacun s’insurge contre la police qui a « osé » interpeller des mineurs se trouvant dans une manifestation illégale et dont certains avaient un comportement agressif, personne ne se demande pourquoi et comment autant de jeunes peuvent se retrouver là, avec toutes les conséquences psychologiques que cela entraîne pour eux (sans parler des conséquences juridiques). Navalny arrêté encore une fois, sera toujours libéré, la Russie a trop peur d’un nouveau Khodorkovsky … ou Pachinian. Mais ces jeunes, qui sont de plus en plus jeunes? Jusqu’où l’Occident est prêt à aller? L’histoire récente a montré qu’il était prêt à aller loin, très loin, sans aucune considération morale.
La mise en scène 2: des provocations bien encadrées
Les vidéos mises en ligne et notamment diffusées par Life montrent que les provocations par les manifestants étaient très bien encadrées.
Marchant dans le centre, à côté de la circulation automobile, des individus provoquent l’incident avec la police en faisant des incursions très dangereuses sur la voie, au risque de provoquer des accidents:

 

A un autre moment, une femme en rouge se jette par terre et crie au secours, qu’on la frappe, qu’il faut arrêter. Des flash se mettent en route. Un homme s’interpose et lui dit d’arrêter, que personne ne l’a touchée (ce que montrent en effet les images) et elle se relève et part tranquillement. Les photos ont été prises, une nouvelle victime pour l’arsenal médiatique:

 

 

 

Le spectacle a été donné.
Mais dans la foule on voit très clairement un homme en blanc, un peu grassouillet, qui mène le convoi. Il veut les diriger vers le Kremlin et leur dit de tourner à droite:
On le retrouve un peu plus loin, en pleine discussion avec la police qui bloque le passage:
Dans le comportement de la foule, on voit des mouvements très organisés: des individus s’avancent pour jeter des pierres ou des bouteilles sur la police, puis partent à l’arrière des rangs derrière une foule compacte, elle inerte. Vous pouvez le voir en détail sur la vidéo ici.
L’affaire des cosaques
La presse,  d’abord d’opposition en Russie, puis étrangère, lance « l’affaire des cosaques »:
Des Cosaques sont en effet apparus et des images violentes ont circulé. Mais la presse tait « l’avant ». Pourtant ces Cosaques sont à visage découvert, facile de les retrouver. C’est ce qu’a fait le journal russe « libéral » Kommersant.
L’un des Cosaques, Vassily Iachikov, qui explique que deux groupes de Cosaques, indépendamment l’un de l’autre puisqu’ils ne s’entendent pas particulièrement, sont venus voir ce qui se passe et « discuter » avec l’opposition, à savoir le Régiment de Crimée (qui malgré son appellation est de la région de Moscou) et la Première centaine, groupe auquel il appartient. Ils étaient une quinzaine de ce groupe, quelques uns des Cosaques de Crimée et un ou deux de Kouban. Pas vraiment une masse. Mais, les manifestants les ont insulté, assez primairement. Comme les ados mal élevés savent le faire: c’est quoi ton chapeau, il fait chaud enlève-le; vas voir tes popes, c’est tout ce que tu sais faire etc. Et puis des cris de provocateurs: Aller, Cosaque, frappes!
Il y avait aussi des représentants de l’opposition radicale, notamment un des dirigeants de Open Russie, de Khodorkovsky. Etrange? Non, logique.
Finalement, de provocations en réponses, les coups sont partis. Mais un Cosaque reste un Cosaque et quand il frappe, il ne fait pas semblant. Or, ces jeunes, ces opposants du dimanche, s’ils aiment provoquer, ne sont pas là pour assumer. Finalement, ça a fait de jolis articles dans la presse, ces « fachos-nationalistes » qui défendent Poutine…
Navalny écrasé par le Régiment Immortel
La mesquinerie et la petitesse de ces provocations, montées en épingle par une presse en mission, montre toute la différence qui existe entre ces groupes de casseurs et la masse de la population. Cette population qui est encore une fois sortie massivement défiler avec le portrait de ses aïeux de part toute la Russie en mémoire de la victoire de la Seconde Guerre mondiale.
Plus de 10 millions de personnes ont pris part en Russie au Régiment Immortel, dont plus d’un million à Moscou. 10 millions. Finalement, à chacun de choisir sa place dans la société. La société, elle, a fait son choix.

 

merci de partager l'information